Eyeshield 21

  • Origine : Japon -2002
  • Type : Shônen
  • Genres : Sport – Aventure – Comédie
  • Scénariste: Inagaki Riichiro
  • Dessinateur :Murata Yusuke
  • Éditeur VO : Kodansha
  • Éditeurs VF : Shueisha
  • Nb volumes VO : 37 (terminé)
  • Nb volumes VF : 37 (terminé)

Eyeshield 21 : l’envol des Devil Bats

 

 

L’ascension des Deimon Devil Bats

 

Ce shōnen sportif écrit par Riichiro Inagaki et dessiné par Yusuke Murata nous plonge dans le quotidien de Sena Kobayakawa. Celui-ci est un jeune homme frêle et craintif servant de larbin aux autres élèves de sa classe. Cependant, à force de servir les autres, Sena a acquis une vitesse de course extraordinaire afin de répondre aux exigences qu’on lui demandait. Arrivant au lycée, il cherche à ne pas se faire remarquer et à démarrer une nouvelle vie. Il se fait malheureusement remarquer par Yōichi Hiruma, le terrifiant quarterback de l’équipe de football américain. La vitesse de Sena intéresse grandement le capitaine de l’équipe qui va forcer le jeune homme à rejoindre son club. Pensant qu’il ne serait là qu’en tant que comptable, Sena revient vite à la réalité quand il se retrouve embarqué sur le terrain.

 

Il devient ainsi l’arme secrète de Deimon sous le pseudonyme d’Eyeshield 21 et va tout faire pour permettre à son équipe de remporter le titre. Malheureusement, l’équipe n’est composée au début que de trois joueurs avec lui. Yōichi Hiruma, capitaine au caractère démoniaque ainsi que Ryôkan Kurita, géant au grand coeur et à la force herculéenne, vont tout faire pour attirer la victoire sur le club. Au fil des tomes, on voit l’équipe s’agrandir, réunissant au sein d’un même groupe des joueurs de talent. Les Deimon Devil Bats finissent par prendre leur envol et partent à la conquête du titre. Le chemin pour y arriver est truffé d’embûches et d’équipes très puissantes qui ne lâcheront rien pour atteindre le sommet. En haut du podium, il ne peut y avoir qu’une seule équipe victorieuse !

 

On est donc face à un manga sportif comme on peut en voir beaucoup, mais ce genre d’ouvrage à une particularité. La plupart des trames sont souvent identiques d’un manga de sport à l’autre et pourtant, ils arrivent à créer une attraction particulière propre à chacun.

 

Des matchs emblématiques

 

Si les premiers volumes nous dressent le portrait de la future équipe de Deimon et leurs premiers déboires, il ne faut pas longtemps pour admirer les autres équipes en lice. Les White Knight d’Ôjô font très vite leur entrée sur le terrain. Leurs joueurs sans failles et leur très grande puissance nous démontrent dès le début que c’est une équipe à craindre. Cela est pareil avec tous les affrontements qui suivent. On pense aussi au Seibu Wild Gunmans et leur quaterback de talent Kidd. Ce qui est aussi très marquant, c’est que toutes ces équipes ont une identité propre. Les White Knight se symbolisent par une attitude très chevaleresque tandis que Seibu touche plus au monde du far-west. Kidd agit comme un vrai cowboy que ce soit dans son attitude que les techniques sur le terrain.

 

Tout ceci permet de graver les noms de ces équipes et des joueurs dans l’esprit des lecteurs. Cela donne aussi lieu à des affrontements dantesques entre les clubs. Il est évident que les différentes techniques que l’on aperçoit sont très exagérés, mais elles font partie intégrante de l’univers de chaque groupe. Que seraient les Devil Bats sans leur tactique parfois lâche et les White Knight sans leur formation de la baliste. On se retrouve embarqué dans ces confrontations sportives comme si on se retrouvait dans les gradins. Même si l’on ne s’intéresse pas ou qu’on ne connaît pas le football américain, on finit par apprendre facilement les règles. L’excitation nous gagne à chaque fois que les joueurs entrent sur le terrain, car on sait que ce qui nous attend va être grandiose.

 

La magie du sport

 

Les mangas sportifs ne datent pas d’hier et ont toujours su trouver un large public. Dans un premier temps, la thématique joue beaucoup car on peut tous s’y mettre aisément. Le sport fait partie du quotidien de chacun, que l’on soit juste spectateur ou pratiquant. Ce qui est remarquable dans le genre du shōnen de sport, c’est l’incroyable attrait qu’il procure au lecteur. Presque tous les styles sportifs sont passés sous la plume de nos mangakas. Que ce soit basket, baseball, foot, et même patinage artistique et vélo tout y est passé. On pourrait croire que ce genre de sujet ne tiendrait que le temps de quelques volumes, mais elles font partie des séries qui arrivent à durer dans le temps. On est intrigué de voir comment l’auteur a su retranscrire toutes les finesses de tel sport.

 

Eyeshield 21 ne déroge pas à la règle et arrive à nous captiver. Sa galerie de personnages mémorables, ses matchs absolument fantastiques où stratégie et confrontation se mélangent et son exagération sont autant de chose qui attire l’oeil du lecteur. Ce dernier point est l’une des clés de ce succès, car même si l’on sait que les techniques utilisées sont de la fiction, notre regard ne peut se détacher des pages. Les auteurs arrivent à rendre palpitant un sujet pouvant être tout à fait banal. Ces histoires arrivent à nous faire intéresser des sports que l’on n’aurait jamais fait attention auparavant. Certains trouvent même une vocation à travers ces récits et nous poussent à essayer ces expériences sportives. Rendre le sport aussi vivant et addictif sur papier, c’est ça la magie des shōnen sportifs.

 

Eyeshield 21 est une oeuvre accessible à tous et qui saura plaire à n’importe quel style de lecteur. Que vous connaissiez ou non le football américain, ce manga saura attirer votre attention et vous donnez envie d’entrer sur le terrain pour en découdre.

 

Par Esprit Otaku

Extra life café ©