devil devil

 

  • Origine : Japon – 1998
  • Type : Shônen
  • Genres : Action – Comédie – Ecchi – Fantastique
  • Auteur : Miyoshi Yuki
  • Éditeur VO : Shogakukan
  • Éditeurs VF : Pika
  • Nb volumes VO : 15 (terminé)
  • Nb volumes VF : 15 (terminé)

Devil Devil : le conflit entre les démons et les anges

 

La rivalité entre deux grands guerriers

 

Il est bon de faire un petit récapitulatif de l’histoire afin de comprendre les fondements de ce
récit qui nous est raconté. On suit la vie de guerrier de l'ange Ios et du démon Sword qui
s’affrontent sans répit depuis des lustres. C’est au cours d’une bataille entre les forces du
Diable et de Dieu que leur affrontement atteint son paroxysme. Grièvement blessé, ces
derniers s’écrasent sur Terre. Sur le point de mourir, ils doivent trouver refuge dans les
corps de deux êtres humains s’ils souhaitent survivre. Heureusement pour eux, il se trouve
que leur chute a entraîné une paire d’adolescents dans leur sillage. Voilà donc l’occasion
rêvée de récupérer leur force. Seulement voilà, les deux ennemis jurés se retrouvent dans la
peau de deux frères jumeaux. Ainsi débute une cohabitation des plus mouvementée entre
ces deux éternels ennemis et rivaux.
Avant de recouvrer leur apparence originelle et leurs pouvoirs surnaturels, Ios et Sword vont
devoir séjourner sur Terre sous les identités de Kanna et Sôma Amano. Leur séjour sur
notre planète va être plus que mouvementé. Sword le violent se retrouvant dans un corps
fébrile l’empêche de vaincre les ennemis qui se dresseront sur sa route. Quant à Ios, son
corps d’emprunt s’avère être une brute qui n’hésite pas à s’en prendre à n’importe qui.

Désespérés de leurs réceptacles, ils devront de plus affronter de nombreuses créatures
maléfiques surgies du fin fond de l'Enfer. Il faut dire que leur nouvelle vie les tient bien loin
des manigances qui se jouent au sein de leur royaume respectif. Un terrible complot se
trame au coeur même des plus hautes instances du Paradis et du monde démoniaque. Quel
rôle notre ange et notre démon vont jouer dans cette pièce qui décidera du destin de
l’ensemble de ces mondes ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne vont pas rester là à se tourner les
pouces.

Les premières pages nous montrent très vite ce qui nous attend dans la suite des tomes. Le
combat d’ouverture agrémenté de dialogues hilarants apporte une grande fraîcheur à ce
shônen qui ne révolutionne pas le genre, mais qui n’en reste pas moins très divertissant. Un
titre qui maîtrise parfaitement tous ses éléments pour donner naissance à une oeuvre
particulièrement plaisante à suivre.

 

Un shônen classique mais efficace

 

Créé par Yūki Miyoshi, Devil Devil est une série de 15 tomes ayant vu le jour en 1998.
L’ensemble de la saga s’apparente comme un shônen comme on peut en voir un peu
partout. Malgré tout, Devil Devil dégage un petit quelque chose qui parvient à rendre cette
lecture à la fois amusante, plaisante et unique. Tout d’abord, il y a cet univers incroyable qui
se dessine devant nous au fur et mesure que l’on parcourt ces pages. L’aspect religieux et
grandiose de ces royaumes invisibles nous apparaît dans cette série de manière grandiose.
On est tout de suite plongé dans le coeur de l’action alors que notre regard se porte sur
chaque petit détail. C’est un environnement saisissant où la réalité croise le mythe pour
donner un mélange des plus explosifs.

De plus, le manga surprend de par sa galerie de personnages, notamment ces deux héros
qui se complètent parfaitement l’un l’autre. Les situations déjantées dans lesquels se
retrouvent Sword et Ios sont totalement hilarantes. Notre démon, cherchant toujours à régler
les problèmes par la force, se retrouve ridiculisé par la fragilité de son corps. Quant à Ios, la
nature brutale de son corps d’emprunt effraye tous les gens qui l’entourent ce qui déprime
notre ange à la vertu irréprochable. Ne devant pas compromettre leur couverture, la
cohabitation entre ses deux ennemis ne se fait pas sans heurt et on suit avec plaisir leurs
péripéties à la recherche de leurs corps d’origines. Il y a donc un petit côté school life qui
vient se greffer à ce récit d’action et qui apporte un humour qui fait mouche. De par ce parti-
pris, on arrive à s’attacher bien plus à ces protagonistes que l’on apprend à connaître et à
apprécier le caractère de chacun.

Là où l’on sent aussi tout le talent de l’artiste vient des affrontements qui nous sont
proposés. On s’extasie devant ce déferlement de puissance qui éclate notre rétine tandis
que nos héros continuent de se perfectionner. Un début bouillant qui prend de plus en plus
d’ampleur pour se terminer en apothéose.
Les combats spectaculaires de Devil Devil

L’un des gros points forts du titre réside dans sa description des combats ainsi que
l’évolution de ces héros en terme de techniques et de puissances. Dans un premier temps,
c’est Sword notre démon bagarreur, qui va être au centre de l’attention, son manque de
puissance, dû à son corps, étant un véritable frein à ses yeux. C’est l’ascension de ce
dernier pour retrouver sa force d’antan qui va diriger les premiers chapitres. Malgré tout, son
manque de force ne l’empêchera pas de venir à bout de ses adversaires grâce à l’éveil de
ses anciens pouvoirs. Il pourra aussi compter sur un allié de taille en la personne de son
ennemi juré Ios qui, malgré leurs camps opposés, va tout faire pour venir en aide à son cher
frère. On est donc le témoin de cette progression constante de ce duo qui va finalement
tisser des liens et s’entendre pour pouvoir se sortir des pires situations.

Les affrontements qui ne durent que quelques instants au début de Devil Devil progressent
pour devenir de vrais ballets artistiques mélangeant des échanges à l’arme blanche, sorts
destructeurs et facultés spécifiques à chaque camp. On se laisse envoûter par ses
confrontations souvent dantesques faisant place à des grandes figures bibliques, que ce soit
les pires démons connus ou les généraux divins. Chacun de ses adversaires apporte une
fraîcheur au titre et aux combats, car le manga joue toujours la surenchère à chaque
rencontre. Le titre s’offre même quelques très beaux plans de guerres entre des forces
armées laissant exprimer tout le talent du mangaka pour ces scènes grandioses. Il y a sans
cesse ce côté épique qui ressurgit de ces moments où les mots laissent place à la violence.
On ressent tout l’impact de chaque coup tandis que la magie utilisée nous fait comprendre à
quel point ces êtres sont surhumains. Il y a donc ce sentiment d’être tout petit face à ces
entités dont les capacités dépassent de loin tout ce que l’on peut imaginer.
Une oeuvre divertissante.

Devil Devil fait partie de ces licences qui sont parfaites pour être une porte d’entrée à
l’univers du manga. Un récit sans prise de tête qui nous embarque dans une aventure
géniale et survoltée. Il ne faut pas longtemps pour qu’une forte sympathie se lie entre ce
tandem et le lecteur. On se rend compte avec le temps qu’ils sont bien loin d’être les clichés
habituels que l’on peut voir dans ce style de récit. Un très bon développement de ces
acteurs qui donnent le ton tout au long de notre parcours. De plus, le rythme ne baisse
jamais et grimpe crescendo au fil des tomes. À peine se lance-t-on dans cette épopée qu’il
est déjà difficile d’en détourner le regard tant cette histoire parvient à nous offrir un pur
moment de détente. C’est avec joie que l’on suit Sword et Ios dans ce quotidien totalement
inédit pour eux.

On vous conseille donc de vous attarder sur ce titre qui, même s’il ne révolutionne pas le
genre, saura vous offrir un périple littéraire fantastique et prenant. Un manga sans prétention
qui offre de très bons souvenirs et nous raconte une histoire de rivalité, mais aussi d’amitié
où les ennemis d’hier peuvent devenir de très bons amis. Toute l’œuvre repose sur la dualité
entre ces deux protagonistes principaux et leur évolution au fil des tomes. Un titre qui mérite
le coup d’oeil et qui pourrait bien vous surprendre.

 

Par Esprit Otaku

 

 

Extra life café ©