• Origine : Japon -1969
  • Type : Seinen
  • Genres : Action, Historique
  • Auteur et dessinateur : Mitsuteru YOKOYAMA
  • Éditeur VO : Ushio Shuppan
  • Éditeurs VF : Delcourt
  • Nb volumes VO : 8 (terminé)

Nb volumes VF : 8 (terminé)

Au bord de l’eau

 

Soif de péripéties, d’aventures et de rencontres ? Révolutionnaire et Français dans l’âme, je sais que nos élites sont capables du meilleur comme du pire. Les rumeurs parlent d’un mont peuplé d’irréductibles personnes résistantes encore et toujours à l’oppression des élites.

 

Au bord de l’eau est l’adaptation du roman Chinois éponyme, véritable monument de la littérature Chinoise, à l’instar du célèbre Voyage en Occident. Transmise oralement, l’histoire a été enrichie à partir du XIIème siècle. Elle nous raconte comment l’armée gouvernementale aura été mise en déroute, de la plus impressionnante des manières, face aux hommes et aux femmes des Monts-Liang à qui nul ne résiste.

 

Aventures en tous genres et combats épiques sont au programme de cette série. Le début nous fait entrer de manière fracassante dans une aventure homérique, riche en rebondissements et en enseignements. Le lecteur suit les destins croisés des héros de cette fresque théâtrale, à commencer par celui de Shi-Jin. Expert en arts martiaux, il est la figure centrale reliant les preux les uns aux autres. Saviez-vous que la route qui mène à la résistance est pavée de drames et d’injustices ? En tous cas les protagonistes, eux, l’apprendront à la dure. Si certains personnages sont dotés de personnalités très prononcées, au point que cela puisse en devenir un cliché plutôt maladroit, la bienveillance du récit arrive à en arrondir les angles pour faire passer tout ça.

 

Le point fort du manga se situe dans sa narration énergique des événements. Grace à son déroulement fluide et cohérent, vous rentrerez facilement dans son histoire à un point où l’on ressent vite de l’empathie envers les différents protagonistes de l’histoire.

 

Quant au dessin de Mitsuteru YOKOYAMA, il rappelle incontestablement celui de TEZUKA. Son trait fluide et arrondi évoque les cartoons de l’époque. Il en possède également l’aspect vieillot qui n’ôte pourtant rien au dynamisme de l’ensemble. On peut noter que la mise en scène de l’auteur est empreinte d’un certain cinéma de sabres, et de ce fait invite à une certaine réflexion poussé sur la violence.

Sur ce, je m’en vais de ce pas rejoindre ces braves et je vous invite à en faire de même !

 

Par François Solid.

 

Le saviez-vous ?

 

La série de jeux J-RPG Suikoden est fortement inspiré du roman éponyme, tout d’abord de par son titre. Car en effet, Suikoden signifie ‘Au bord de l’eau’. Ensuite, pour terminer le jeu, il faut réussir à rassembler tous les personnages jouables qui sont au nombre de 108, comme le roman et le manga avec leurs 108 brigands !

Extra life café ©